27 septembre 2007

Faites de beaux rêves avec IKEA


Du nouveau chez IKEA ! Autant il y a souvent de très bonnes idées chez les suédois, autant en textile - et en vaisselle - c'est pas souvent génial... J'ai repéré lundi de nouvelles parures de lit plutôt sympa et originales mêmes si pas forcément facile à accorder avec son intérieur... A ma gauche (et à la votre aussi probablement) la housse de couette HULDA DANS (35 euros pour une parure 2 personnes), j'adore l'idée et les couleurs, mais je viens de repeindre ma chambre en bleu turquoise et blanc. Pô grave, j'ai trouvé mon bonheur avec le modèle BIBBI SNURR... Plus ça va, plus les noms deviennent imprononçables décidément. A ma droite, le modèle HULDA VILSE (29 euros pour une parure 2 personnes), la parure de lit préférée des serial-killer paraît-il ! Que demande le peuple ? Du design à prix démocratique biensûr !

25 septembre 2007

Je ne ferais pas ça tous les jours


Parce que le cinéma français lui doit beaucoup et parce que mes lecteurs de moins de 20 ans ne la connaissent certainement pas, rendons hommage à cette grande comédienne qu'est Marie-Pierre Casey ! Derrière ce nom qui ne signifie peut-être rien pour vous se cache une des grandes stars mythiques du cinéma et de la télévision des années 80 ! Née en 1937, Marie-Pierre Casey a une bonne vingtaine de films à son actif allant de "Viens chez moi, j'habite chez une copine" en 1981 à son rôle de Ma Cassidy dans "Les Dalton" en 2004. Elle a exercé ses talents de comédiennes au service de Jacques Tati ou Claude Sautet, aux côtés de Michel Galabru et d'Isabelle Adjani, et figure dans nombre de pièces de théâtre. Eh oui quand même ! Et pourtant...

C'est peut-être triste à dire pour une comédienne, mais ce qui a marqué toute une génération c'est surtout son rôle de femme de ménage dans la publicité Pliz, sa glissade sur la table de salle à manger et sa fameuse réplique "Je ne ferais pas ça tous les jours" ! Ce fut son unique publicité mais le souvenir est beaucoup plus tenace que les traces de poussière ! Depuis c'est la référence française quand il s'agit de trouver une concierge, elle n'a pas son pareil pour faire briller les lustres et briquer les parquets. Dans la continuité, elle incarnera un autre rôle qui marquera à jamais les esprits : la concierge grincheuse dans la mythique série Marc et Sophie, l'histoire d'un vétérinaire (Gérard Rinaldi) et d'un médecin (Julie Arnold) qui sera diffusée pendant cinq saisons entre 1987 et 1991 (226 épisodes quand même).

Elle s'essaiera aussi à la chanson en 1984 avec son tube "Je suis un sex-symbol", interviendra de temps à autres dans Cocoboy pour Stéphane Collaro (qu'est-ce qu'il devient lui d'ailleurs ?!) et jouera sur scène plusieurs one-man shows. Alors rendons hommage ce soir symboliquement à Marie-Pierre Casey ! Un coup de Pliz ou de plumeau, et lancez vous dans une glissade effrénée sur votre table de salle à manger ! Euh sinon, sérieusement, qui se rappellait de cette bonne vieille Marie-Pierre ?

22 septembre 2007

To digg or not to digg ?


Plus la blogosphère s'étend, plus il devient difficile de retrouver l'information et d'identifier les contenus intéressants. C'est assurément dans ce domaine que le web a le plus grand potentiel d'évolution et c'est là plus que jamais qu'il faut innover. L'une des solutions les plus en vogue permettant aux lecteurs de s'y retrouver, et aux bloggeurs de se faire connaître et d'attirer de nouveaux visiteurs, est ce que l'on appelle les "digg-like", du nom du site communautaire très 2.0 Digg lancé en 2004, lui-même inspiré du site Slashdot où des informaticiens votaient pour les discussions les plus intéressantes.

Le principe ? Chaque utilisateur inscrit peut proposer son blog (grâce à son flux RSS) ou n'importe quel article qui gagne à être connu, qu'il en soit l'auteur ou non. Les articles sont ensuite soit systématiquement et automatiquement issu du flux RSS du blog, soit manuellement soumis un par un au vote de la communauté. Les utilisateurs vont ensuite voter pour les articles, classés par catégories, selon l'intérêt et la pertinence de l'info. Si l'article remporte suffisamment de votes dans un laps de temps limité, il se retrouvera en page principale et gagnera ainsi en visibilité. Petit tour d'horizon...
  • Digg : c'est de là que tout est parti, l'interface est bien pensée mais n'existe qu'en anglais, c'est à l'auteur de soumettre lui-même les articles un par un. Beaucoup d'utilisateurs mais un système de modération régulièrement critiqué, il semblerait que sous prétexte d'éliminer des doublons, l'équipe de modérateurs supprimerait les articles qui ne vont pas dans son sens.

  • Wikio : encore en version Beta mais promis à un bel avenir tant que le nombre d'utilisateurs et de sources d'actualité est impressionnant. L'interface est très bien pensée, ici les votes ne servent qu'à améliorer la visibilité et aucunement à vérifier l'article... On se retrouve donc avec pas mal d'infos en plusieurs exemplaires et il est parfois difficile de se faire une place entre les news de LCI et de La Voix du Nord. Dernier petit détail : j'ai l'impression que le système de tag n'est pas toujours très cohérent... Mettons cela sur le dos de la jeunesse, Wikio reste mon préféré car il n'y a rien à faire une fois que le flux RSS est proposé, les articles sont tous automatiquement soumis au vote et référencés dans Google !

  • NordActu : même principe que Wikio mais pour l'actualité du Nord Pas-de-Calais, très bonne initiative ! L'interface est claire, agréable et pratique, l'affichage des articles se fait automatiquement depuis le flux RSS... L'audience est forcément moins large que Wikio mais cela permet de cibler de l'information locale et chaque article a plus de visibilité puisqu'il n'est pas noyé dans le flot d'informations.

  • PaperBlog : le fond a beau se rapprocher de Wikio, la forme n'est pas la même, le site prend l'apparence d'un journal en ligne alimenté par des articles piochés dans les blogs qui lui ont été soumis. PaperBlog identifie "selon certains critères jugés objectifs des articles de qualité tout en les classifiant par thématique". A la lecture d'un article, un visiteur peut voter et/ou le commenter, modifier ses mots-clefs, modifier ses catégories... La visibilité de l'article et son positionnement lors des recherches s'en ressentira. PaperBlog ne demande pas beaucoup d'investissement pour le bloggueur car l'extraction des articles est automatique depuis le flux RSS.

  • Blogasty : interface toute mignonne, les sources de données sont essentiellement des blogs et le système de vote laisse sa chance à tous les bloggeurs, même les moins influents. Petite particularité : ici les articles du flux RSS ne sont pas automatiquement soumis au vote, c'est à l'auteur de proposer volontairement à la communauté Blogasty au maximum 3 articles par jour (à sélectionner parmi ses 6 derniers articles du flux RSS). Ca demande une gestion presque quotidienne mais ça permet de filtrer les articles sans intérêt ou passés de mode.

  • Fuzz : les sujets sont souvent orientés nouvelles technologies, je trouve personnellement l'interface un peu fouillie. Ici aussi l'auteur doit proposer des articles volontairement, ses écrits ne sont pas publiés automatiquement par un flux RSS. Malgré quelques tentatives, je n'ai jamais vraiment eu de retour sur mon blog grâce à Fuzz, je ne suis pas convaincu qu'il y ait beaucoup de passage.

  • Scoopeo: même principe que Blogasty ou Fuzz, interface sobre mais bien pensée, j'ai eu l'impression que la communauté était assez importante et réactive (d'où un trafic conséquent dès ma première soumission d'article).

Il existe des dizaines d'autres digg-like comme BlogMemes, Reddit, PublieCa, Nuouz, Pioche, Gmiix, VoteActu, TapeMoi, LinkerTop, Bluegger... Les digg-like francophones se reproduisent plus vite que des lapins en ce moment et il n'a jamais été aussi simple d'en créer grâce aux solutions open-source disponibles. Si ça vous intéresse, allez jetez un oeil du côté de PHPDug, Akarrù, Menéame, Pligg CMS.

Inutile de vous inscrire sur tous, c'est ingérable et pas très fair-play alors essayez de choisir les plus adaptés au sujet et les plus fréquentés ! A vous de choisir ce qui vous convient, si vous jouez le jeu c'est un bon moyen d'élargir votre audience, d'augmenter la fréquentation de votre blog et pourquoi pas de fidéliser de nouveaux lecteurs. Le tout est de continuer à proposer un contenu de qualité et non de chercher à tout prix à gonfler vos statistiques. De toutes façons le système de vote aura vite fait de décourager les spammeurs.

Personnellement je me suis inscrit à Wikio, NordActu et PaperBlog pour les "automatiques", le retour n'est pas énorme mais ça ne demande pas un travail quotidien. Quant aux digg-like "manuels", Blogasty et Scoopeo m'ont fait une bonne impression mais je doute d'avoir le temps de m'en occuper régulièrement. L'idéal est d'insérer au bas des billets de son blog des boutons de vote ou de soumission : vous avez le choix entre une tripoté d'icones pour chaque digg-like, des plugins plus évolués dynamiques, ou un bouton Additious qui a l'avantage de - presque - tout regrouper. Il ne vous reste plus qu'à laisser à votre lecteurs le soin de faire connaître les articles qui lui ont plu. Si vous avez un retour sur expérience sur l'un de ces outils Web 2.0, n'hésitez pas à nous le faire partager !

20 septembre 2007

Ca déchire grave Tokio Hotel !


J'ai une question qui me trotte dans la tête, je n'ose pas la poser à n'importe qui, je crois que c'est le genre de sujet grave que l'on aborde en comité restreint. D'habitude j'essaye de faire des sujets légers mais là, j'ose lancer le débat, je prend des risques ! C'est un sujet hautement culturel, sur la musique d'aujourd'hui, la musique des jeunes... Ce genre de musique qu'on comprend pas et c'est là qu'on se dit : "Ah putain 26 ans c'est énorme !". Je suis déjà un has-been. Allez j'me lance... Quelqu'un peut-il m'expliquer simplement l'engouement des gamines pour Tokio Hotel ? J'avoue que j'ai un peu de mal, ils sont passés l'autre soir chez Denisot, ça hurlait de partout, c'est limite si ça envoyait pas des petites culottes...

Ca doit être les mêmes gamines qui étaient folles amoureuses du groupe Kyo et qui ont jeté leur dévolu sur Tokio Hotel le jour où Benoît Poher a annoncé une année sabatique pour le groupe. Mais si Kyo enfin ! Le groupe de rock français qui partage sa joie de vivre avec de célèbres paroles comme "Et je saigne encore, Je souris à la mort" et donne envie de se suicider au bout de 2 minutes 30 ! On pensait être tranquille avec Kyo jusqu'en 2008 et voilà que Tokio Hotel leur pique leur créneau. Les thèmes récurrents dans leurs chansons ? Le divorce, la vie après la mort, la déception amoureuse, la solitude et le suicide... Joyeux programme.

Déjà être fan d'un groupe qui chante en allemand j'ai du mal, faut bien avouer que c'est assez moche comme langue et pas très mélodieux (à moins d'adorer secouer la tête sur du Rammstein), au mieux on le prend en seconde langue... Ensuite, parlons du look, je veux bien admettre que les critères de beauté ont peut-être évolués mais bon, comme sex-symbol, on a vu mieux non ? Le chanteur, Bill Kaulitz, est barraqué comme un cure dent et s'habille en taille 12 ans alors qu'il en a 18, sa coupe de cheveux est pire que celle de Bonnie Tyler au sommet de sa gloire, il met plus de mascara que Karen Sheryl... Et dernier détail qui devrait couper toute envie à ses groupies : il serait gay. Oups. Vu sa facilité à citer son maître à penser, David Bowie, on aurait pu s'en douter. Alors voilà je m'interroge, mais qu'est-ce qu'elles lui trouvent ?!

18 septembre 2007

Confessions Intimes, le retour !


Attention messieurs dames ! Préparez les Apéricubes et les Chipster, ce soir à 23h15 sur TF1 c'est le grand retour de l'émission la plus culturelle du PAF : Confessions Intimes ! L'été fut bien morne sans Isabelle Brès, mais elle est de nouveau là pour nous présenter ces hommes et ces femmes qui vivent des difficultés, acceptent de témoigner à visage découvert devant les caméras, et sont filmés jour après jour dans leur vie quotidienne. Si tu passes toutes tes journées à refaire la carrosserie de ta voiture tuning et que ta femme ne te comprend pas, si tu passes plus de temps avec ton élevage de tortues qu'avec le sosie d'Adriana Karembeu qui est accessoirement ton épouse, si tu as du mal à te rappeler le prénom de ton enfant parce que tu es collé à ta PlayStation depuis sa naissance, si tu aimes fêter ton anniversaire en prenant un bain de lait d'ânesse au milieu d'une discothèque, si tu es fou amoureux de Lara Croft et que tes parents ne comprennent pas, si tu as déménagé et quitté toute ta famille pour habiter plus près de la tombe de Claude François, si tu es jalou de ta petite amie alors qu'elle est strip-teaseuse... cette émission est faite pour toi !



Si tu es équilibré comme la moyenne des ours ou tout simplement accroc aux interventions de Catherine Müller, la psychologue la plus talentueuse de sa génération, tu peux inviter des amis pour squatter le canapé et "suivre le parcours d'hommes et de femmes à des moments cruciaux de leur existence qui livrent leurs états d'âme sans détour devant la caméra" (non non on se moque pas, c'est TF1 qui est notre caution morale sur ce coup là, oups). C'est même presque une obligation pour pouvoir participer aux discussions de comptoir qui auront lieu de lendemain au boulot devant la machine à café ! Pour les insomniaques, vous pouvez bien sûr nous livrer ici-même vos impressions sur les reportages dès ce soir à partir de 23h15. A vot' bon coeur m'sieurs dames !

14 septembre 2007

Euh... C'est quoi une SSII ?!


Je parle souvent du travail en SSII et je me rend compte que tout le monde ne sait pas forcément en quoi cela consiste... Eh oui le consultant il vit dans son monde, il voit des lignes de code partout sur les murs comme dans Matrix, il se faufile dans le métro en costume noir digne d'un MIB (ça s'est pour essayer de gommer le cliché adolescent boutonneux et lunettes à double foyer) et parle avec des sigles que personne ne connaît. Là où le commun des mortels se contente de quelques raccourcis comme BNP, TGV ou BHV dans sa vie quotidienne, le consultant aime utiliser des sigles à tout bout de champ pour dire tout et son contraire. C'est semble t'il encore plus jouissif quand ce sigle complique la chose. Ainsi on ne dira pas que l'on a développé un écran, mais une IHM (Interface Homme Machine). On ne parlera pas de prix de vente mais de TJM (Taux Journalier Moyen). Si une fois traduit le sigle donne quelque chose en anglais, c'est encore mieux parce que les lettres doivent être mélangées, c'est hype... même si votre boîte est franco-française et qu'il vous faut un glossaire de cinq pages pour comprendre un document de dix pages.

Vos collègues n'échapperont pas à cette règle et verront eux aussi leur nom se transformer en trigrammes... Votre manager s'appelle BHQ, votre chef de projet EMR et l'architecte technique MKZ, Maurice de son petit nom. Au début vous aurez l'impression de travailler avec Laurent Romesco dans Des chiffres et des Lettres, vous frôlerez l'épilepsie quand votre gamin jouera avec ses pâtes en forme de lettres et votre belle-mère prendra des coups quand elle vous proposera l'éternel Scrabble du dimanche. Il faudra vous y habituer. Annie Pujol a tenu bon, pourquoi pas vous ?! Au fur et à mesure, vous vous rendrez compte que ça n'est pas que super pratique, c'est aussi 100% VIP ! Prenez donc exemple sur BHL (Bernard-Henri Lévy) et J2M (Jean-Marie Messier) ! Quoique J2M évitez, ça lui a pas trop réussi...



J'ai souvent eu quelques difficultés à expliquer clairement en quoi consistait mon boulot à mes proches ! On passe déjà pour des glandeurs à bosser dans un bureau alors si en plus ce que je produis est immatériel... Alors on va commencer par la définition de SSII : Société de Services en Ingénierie Informatique. Faut le prononcer "SS2I" et ne jamais, oh grand jamais, se demander pourquoi on ne dit pas "2S2I", c'est un mystère bien gardé par des moines trappistes il paraît, ou pas. Mais encore ?! La SSII est "un centre de profit qui loue les services de ses employés à ses clients, à un prix supérieur que leur salaire de manière à dégager une marge". Le salarié change de temps à autres de missions, ça ressemble beaucoup à de l'interim sauf qu'ici le salaire de l'employé est payé par la SSII, qu'il est constant et ne dépend pas du travail effectué. A la SSII de vendre au mieux sa ressource pour dégager un gain maximum, sans temps mort entre les missions de préférence car vous coûterez mais ne rapporterez rien.

Justement attardons nous un peu sur le temps mort, ça s'appelle un "intercontrat". C'est le moment où l'ingénieur revient à son agence, passe le temps en attendant que le prochain projet ne commence, fait subir à la machine à café des tests de performances et se tient à disposition pour passer des entretiens chez de potentiels clients. Les premiers jours c'est plutôt sympa : on fait rien, on fait des horaires cools, on discute avec Janine (la secrétaire), on en profite pour aller manger "avé les collègues" (faut le dire avec un accent basque sinon la blague tombe à plat et surtout on croit que je suis moins fort qu'un élève de 10 ans !), faire les magasins, relancer son plombier, payer les factures... On finit surtout par glander pas mal sur internet, et s'ennuyer. Alors bien sûr y'a les fayots qui en profite pour faire de la veille technologique (l'art de se tenir au courant sur ce qui pourrait faire un tabac un jour prochain), se former à des technologies de la mort qui tue auxquelles ils ne toucheront jamais, ou apporter leur pierre à l'édifice d'un projet interne qui a mobilisé sur des années autant d'hommes que la Pyramide de Kheops pour un résultat plus proche de l'abri de jardin de Régis.



Enfin voilà, c'est un peu ça une SSII mais c'est aussi plein d'autres choses ! Des filles nues dansant sur les bureaux, des soirées branchées chez Microsoft et Apple qui offre des iPod à tout va, de la cocaïne à la place du sucre sur les boudoirs à tremper dans du Moët & Chandon, et une source intarissable de Carambars aux blagues inédites et même drôles dans les tiroirs des bureaux... ne font pas partie de ces choses. Par contre vous pourrez vous gaver de café soluble et prendre autant de trombonnes que vous le voudrez ! La classe non ?!

11 septembre 2007

Faisons sauter la banque !

J'ai appris lundi dans La Voix du Nord que le magasin Decat' de la Grand'Place de Lille allait fermer ses portes. Un petit Décathlon en centre-ville, l'idée était séduisante mais l'enseigne avait semble t'il des difficultés à exploiter une surface commerciale sur trois étages et des charges trop élevées qui plombaient son chiffre d'affaires. Je me demande tout de même pourquoi Decat' n'arriverait pas à être rentable alors qu'un autre magasin de sport, Sportiades, a été installé là pendant 12 ans avant l'arrivée de Decat' en 2002... Décathlon ne laisse pas pour autant tomber le centre-ville lillois et cherche un nouvel emplacement plus facile à exploiter. Certains parlent d'une reconversion du Plaza (l'immeuble verre/briques et son horrible fresque "faux parking" de la Rue Nationale) mais je crois qu'ils prennent un peu leurs rêves pour une réalité. Il y a quelques mois on avait évoqué l'arrivée de Planète Saturn alors que l'entreprise semble multiplier les fermetures de magasins dans toute la France...

A la place de Decat' qu'allons nous avoir ? Une banque ! Eh oui encore une ! Une demande de permis de construire a été déposée par BNP Paribas, si les démarches aboutissent, la banque déplacerait ainsi son siège commercial de la Rue Nationale à la Grand'Place. Je déplore de voir petit à petit les commerces être remplacés par des banques, ça devient une habitude à Lille et la Mairie s'en inquiète également... Martine Aubry doit rencontrer ce mercredi 12 septembre les responsables de Decathlon et de la BNP mais elle n'a en principe pas son mot à dire. J'aimerai comprendre cet essor des banques en ville, on a jamais manqué de guichets ou de distributeurs de billets dans Lille, pourquoi construire autant de banques, qui plus est à la place de commerces qui eux font vivre un centre-ville ?!

10 septembre 2007

Vos impôts locaux à Lille

Bonne nouvelle pour les lillois : les jolies enveloppes contenant l'avis de la taxe foncière commencent à arriver dans les boîtes aux lettres ! Youhou ! Ce n'est malheureusement qu'un début, la taxe d'habitation sera à son tour à payer en novembre. J'ai acheté il y a peu mon appartement, je dois donc payer la totalité des impôts locaux, taxe foncière et taxe d'habitation, et j'avoue que je trouve l'addition un peu lourde, plus de 1700 euros au total pour un simple F2 à Wazemmes... 24% pour la taxe foncière, est-ce beaucoup ? J'ai cherché à comparer ce taux avec d'autres villes, ça demeure très variable et même si Lille fait partie des taux les plus élevés, disons que c'est compréhensible vu les équipements offerts. Par contre pour ce qui est de la taxe d'habitation, je m'aperçois que Lille détient un triste record : 34% ! C'est presque le record de France ! Les plus malheureux sont les habitants de Tourcoing avec 35% semble t'il, mais comme ce taux est à appliquer sur une VLC (Valeur Locative Cadastrale) déterminée à la louche en 1970 (eh oui le calcul se base en grande partie sur une estimation vieille de 37 ans !), le prix à payer est certainement inférieur.... Seule bonne nouvelle, le taux d'imposition n'a pas bougé en 2007 à Lille.

Alors je me demandais le pourquoi de tels taux d'imposition... Il y a certes une part du département et de la région dans le total (parts qui ont d'ailleurs augmenté cette année à cause du désengagement de l'Etat), mais c'est apparemment la part de la commune (calculée selon ce taux record) qui représente près de la moitié de l'addition. Comment expliquer cela ? La ville serait-elle moins bien gérée que d'autres ? Est-ce qu'il y aurait plus de personnes peu imposables à Lille, ce qui limiterait les recettes de la ville ? La municipalité aurait-elle fait de mauvais investissements qui tardent à rapporter ? Est-ce à cause d'équipements trop coûteux ? Ou alors je suis paranoïaque et le taux est tout à fait normal ? Même la taxe des ordures ménagères atteint pour ma part près de 200 euros... La mise en place du tri sélectif par Esterra et d'un centre de tri est-elle en cause ? Je n'ai aucune réponse à ces questions, je m'interroge seulement. Je ne rechigne pas à payer mes impôts, j'essaye simplement de comprendre le pourquoi de ces chiffres... Suis-je le seul ? En tout cas il y a fort à parier que ce sera l'un des sujets de débat lors des prochaines municipales !

07 septembre 2007

PlayStation 3, this is living ?

J'avais oublié de vous annoncer une petite nouvelle, une nouvelle boîte noire a fait son apparition depuis quelques semaines à côté de ma télévision. Elle pèse sept kilos, a bien de la gueule avec son habillage noir laqué et chauffe ma pièce l'hiver. Je suis ? Je suis ? Une PlayStation 3 ! Bah oui, l'annonce le 13 juillet dernier de la sortie du "starter pack" regroupant la console, 2 manettes et 2 jeux pour 600 euros (au lieu de 770 euros) a fait son petit effet. Ceci dit pour ce prix là Sony n'a pas jugé utile de vous fournir un deuxième cable USB pour la deuxième manette ou un cable HDMI... On s'en serait douté. Premières impressions : la qualité graphique des jeux est époustouflante mais je n'en profiterai à 100% que si j'investis dans une télé LCD 80cm à Noël, la jouabilité et le fun sont aussi au rendez-vous, la console renferme un vrai système d'exploitation (qui permet de jouer, de naviguer sur le net, de discuter avec ses amis, de regarder des films, de télécharger des démos et/ou jeux complets...), et les manettes sans fil c'est quand même sacrément pratique ! Pour ce qui est des jeux, voilà où j'en suis :
  • Resistance, Fall of Man : un FPS agrémenté d'un scénario prenant, des cinématiques dignes d'un film, une qualité graphique irréprochable, on baigne dans l'ambiance dès que le jeu est démarré, une IA bien développée et un mode multijoueurs sur le net qui apporte un intérêt supplémentaire au jeu une fois la campagne finie.
  • Virtua Tennis 3 : pour un peu on aurait l'impression de regarder Roland Garros, le meilleur jeu de tennis que je connaisse, agrémenté de mini-jeux très sympas pour jouer entre amis, le seul point négatif c'est la musique qui est franchement prise de tête mais ça peut se paramètrer.
  • Motor Storm : très beau graphiquement, assez fun à jouer mais on s'en lasse finalement assez vite, d'autant qu'aucun mode en écran splitté n'est proposé (Sony y préférant le mode multi-joueurs par internet)...
  • Virtua Fighter 4 : jamais un jeu de baston n'a eu un rendu graphique aussi impressionant, de l'eau qui éclabousse les joueurs à la goutte de sueur qui perle sur leur bras, on croirait regarder un film ! Ce n'est pas que beau, c'est aussi très fun, beaucoup de possibilités de coups, à condition de bien s'entraîner.

05 septembre 2007

Faites ce que je dis...

Pas ce que je fais ! Vous allez me dire que je suis méchant, que c'est facile, que c'est pas beau de dire du mal, nia nia nia, mais la coïncidence est trop belle... Lors de son intervention à Blois le 4 septembre dernier, notre bien-aimé Président Nicolas Sarkozy nous déclamait sa "lettre aux éducateurs" avec autant de fougue qu'un VRP de vérandas. Oublions qu'au-delà des ses belles paroles moralisatrices et émouvantes, l'éducation nationale a perdu 7000 postes d'enseignants à la rentrée 2007 et en perdra 12000 supplémentaires à la rentrée 2008. Oublions cela ! On sait bien que le nombre de professeurs importe peu, on va construire un monde meilleur en s'aimant les uns les autres et en gommant nos bourrelets disgracieux ! Ouais mes frères !

Dans son magnifique discours, il a prôné la reconstruction d'une "éducation du respect" entre les élèves et les enseignants, mais également entre les parents et l'école, et a rappelé le rôle des parents dans ce beau projet. Comme il le dit si bien, les parents ont "la responsabilité de faire en sorte que leur enfant aille à l'école, de lui inculquer le respect des lois et de la politesse, de contrôler que les devoirs sont faits." Très beau programme, je n'aurai pas dit mieux ! "On n'éduque pas un enfant en lui laissant croire que tout est permis, qu'il a tous les droits et aucun devoir, il faut lui apprendre la hiérarchie des valeurs."

J'étais à deux doigts d'applaudir et de pleurer à chaudes larmes quand j'ai appris le même jour dans Le Monde que Jean Sarkozy, son fils de 20 ans, est poursuivi en correctionnelle par un homme qui l'accuse d'avoir pris la fuite après avoir endommagé sa voiture lors d'un accident en octobre 2005 et de lui avoir adressé "un geste offensant". Jean Sarkozy, né du premier mariage du Président de notre Présipauté, aurait heurté avec son scooter le 14 octobre 2005 une voiture et se serait sauvé non sans prendre le temps de lui faire un bras d'honneur semble t'il. Le conducteur a pu relever le numéro d'immatriculation du scooter, l'a transmis à sa compagnie d'assurances qui aurait relancé à trois reprises en 2006 Jean Sarkozy, sans obtenir de réponse de sa part. Voilà donc le petit Jean cité à comparaître le 11 septembre prochain, avec quatre délits à son actif : délit de fuite, défaut de maîtrise de son véhicule, non-respect des distances de sécurité et dégradation légère de la voiture.

Compte tenu de son habileté à conduire, je me demande si c'était finalement judicieux d'alerter toutes les forces de Police en janvier 2007 et de recourir à des prélèvements ADN pour lui retrouver son précieux scooter volé... Ouais je sais c'était facile, je n'ai pas pu résister :-( Bon y'avait quand même une bonne nouvelle hier : ce connard de Patrick s'est fait virer de Koh-Lanta ! Ouais cool ouuuuuhhh ! D'accord ça n'a rien à voir mais j'avais envie de partager ça avec vous... D'ailleurs si quelqu'un sait où il habite précisèment, je monterai bien un commando pour aller c%#!* sur son pare-brise.

04 septembre 2007

GrosBill s'installe dans le Nord


Décidément la métropole lilloise continue d'être une terre d'expériences et d'innovation pour le groupe Auchan. Après avoir lancé le concept des "courses dans votre coffre" avec Auchan Drive et Chronodrive, après avoir lancé le rayon "self-discount" au sein de ses hypermarchés pour contrer les Aldi et autres Leader Price, le groupe Mulliez continue son développement avec l'ouverture depuis le 30 août à Wambrechies de son premier magasin GrosBill en province. Le magasin est situé dans le parc d'activités du Moulin (secteur A), rue avenue Clément-Ader, directement accessible depuis la sortie 10 de la rocade Nord-Ouest, la sortie juste avant Chronodrive. Grosbill existe depuis bientôt 10 ans et revendique sur toute l’année 2006 pas moins de 530 000 clients uniques grâce à son positionnement sur le web et ses trois magasins parisiens (Colombes, Paris, Thiais).

Ce n'est pas qu'un simple magasin de produits high-tech, c'est surtout un nouveau concept qui se développe sur Lille : il n'y a pas de rayons, tout au plus un petit show-room pour les PC et les LCD, les clients peuvent consulter le catalogue sur des bornes interactives, puis passer commande, payer et retirer leurs produits - en principe - en dix minutes. Le client peut aussi s'adresser à un conseiller (avantage non négligeable par rapport au site e-commerce classique), monter un dossier de crédit, rencontrer un conseiller SAV en chair et en os. C'est aussi un lieu d'enlèvement pour les produits déjà commandés sur le net : le client s'affranchit ainsi des frais de port, évite le délai de livraison, les risques de casse ou de perte et n'a pas à attendre bien sagement chez lui qu'un livreur arrive.

Prochainement je vous parlerai du "Secret des Mulliez" de Bertrand Gobin, c'est un bouquin extrêmement intéressant sur la dynastie Auchan, leur stratégie d'expansion remarquable et leur organisation familiale encore jamais égalée. Je précise tout de même qu'un concept ressemblant existait déjà à Lille et que ça s'appellait WebDistrib. Outre leur site e-commerce, un magasin faisant office de show-room et SAV se situe au 24 Rue des Postes à Lille. Cependant je ne sais pas si les services proposés sont les mêmes, je crois me souvenir qu'il n'y a pas vraiment de stock et qu'il y a donc un délai de livraison pour tout ce qui ne se trouve pas dans le show-room lillois.

01 septembre 2007

Braderie de Lille, édition 2007 !


Oyez oyez braves gens ! Comme chaque année et ce depuis le XIIème siècle, Lille redevient le temps d'un week-end le terrain de jeux des bradeux, brocanteurs et amateurs de moules-frites. Du samedi 1er à 15h au dimanche 2 septembre à minuit, c'est entre deux et trois millions de personnes qui sont attendues à la Braderie de Lille ! Horaires bien entendu purement indicatifs puisque les bradeux campent déjà depuis une semaine à l'Esplanade et que le petit commerce y bat son plein depuis vendredi. Vous trouverez toutes les informations pratiques et le plan de braderie sur le site de la Mairie de Lille. Et pour ceux qui ne sauraient pas où donner de la tête dans cet évènement qui va embraser toute la ville, je vous invite à lire l'excellent guide de la Voix du Nord pour savoir "Où trouver quoi ?", quartier par quartier.



N'oubliez pas qu'outre la braderie, Lille accueillera le semi-marathon dès 9 heures le samedi, ainsi que la Foire aux Manèges sur le Champ de Mars, des villages associatifs (dont la "Rue de la consommation responsable") et de nombreux concerts sur la Place François-Mitterrand (entre Euralille et la gare Lille-Europe) dont voici le programme ci-dessous. D'autres concerts ont lieu dans toute la ville, en particulier à l'Esplanade, à l'îlot Comtesse, Rue de Valenciennes, place Louise de Bettignies et rue Léon Trullin.
  • Justice (qui n'a pas leur tube D.A.N.C.E. dans la tête ?!), David Vendetta, Leslie, Lord Kossity, Magic System et Fatal Bazooka [concert Fun Radio, samedi à partir de 15h]
  • Mariam Jo’Burg, Pauline, Christophe Maé et les Rita Mitsouko [concert RTL2, samedi à partir de 20h]
  • Michel Delpech [concert RTL, dimanche de 14h à 16h30]

Des nouvelles de Xhystos ? / Version 2.4 / Inspiré du template Rounded V2
blogasty
Publicité
Réclames et prospectus...
A propos de l'auteur
Menu du jour