29 mai 2007

La vie trépidante du consultant


C'est comme qui dirait la débandade en ce moment au boulot. Mon entreprise étant aussi radine que le marché porteur, les démissions s'enchaînent, les embauches suivent difficilement. Pour une multinationale qui affiche clairement son ambition de recruter à tour de bras, inutile de dire que ça fait tâche de compter 400 postes non pourvus alors que les embauches n'ont pas cessé. Pourquoi autant de départs ? En général mes collègues partent pour un salaire 20% supérieur pour un travail équivalent chez la concurrence, ça fait réfléchir. Quand en plus on se rend compte que la gestion humaine et l'évolution de carrière relève plus de la plaquette commerciale que de la réalité des faits, on est pas loin de passer le pas. Alors on informe son manager de son intérêt pour la concurrence, juste pour ne pas le mettre au pied du mur et lui laisser une chance de s'aligner.

On est trop gentil et bien trop naïf. Rien n'est réellement fait pour essayer de garder les gens, la capitalisation des compétences et des connaissances n'est franchement pas leur fort. Certes une "opération séduction" est lancée et on vous assure que l'on a de grands projets pour vous, qu'on veut vous garder, que l'augmentation était prévue de longue date, que vous êtes beau et transpirez le sexe... Mais rien ne suit concrétement, le Chef de projet passe la balle au Directeur de projet, qui la passe au DRH qui doit en référer au PDG... Au moins c'est raccord avec Roland Garros. Ils gagnent du temps avec de belles paroles et il faut bien reconnaître que pour ça ils sont doués. Leur stratégie non avouée c'est de laisser partir ceux qui commencent à coûter - à juste cause - un peu trop cher et à compenser avec des stagiaires ou des jeunes diplômés peu au courant des salaires pratiqués. Le problème c'est qu'ils n'imaginaient pas que la balance serait à ce point déficitaire. On pourrait appeler ça "La fuite des cerveaux", ça ferait un bon titre de film, un truc à la Prison Break, y'aurait peut-être juste un peu moins de groupies pour un informaticien que pour Wentworth Miller. Les compétences filent à la concurrence, les projets sont faits par de jeunes ingénieurs qui compensent leur inexpérience par de la bonne volonté et plein d'espoir quant à la carotte que l'entreprise leur met au bout du nez. J'ai jamais trouvé où ils planquaient le cageot de carottes moi.

Forcément avec une équipe aussi jeune la réussite d'un projet relève donc du parcours du combattant mais peu importe : on a livré tant bien que mal et ça n'a pas coûté trop cher, le client n'y a vu que du feu quand on lui vendait un stagiaire comme expert, c'est l'essentiel. Peu importe s'il a fallu faire des horaires de fou pour y arriver, peu importe si le produit fini est d'une qualité toute relative, peu importe si les charges ont explosées. Du coup j'ai vu partir pas mal de collègues que j'appréciais et qui étaient appréciés de tous, et ça continue. S'il y a bien une chose qui pouvait encore donner envie à quelqu'un de rester c'était l'ambiance, mais qu'en sera t'il de l'ambiance quand tout le monde sera parti ? Je connais de moins en moins de monde ici, alors finalement autant aller bosser ailleurs pour un meilleur salaire non ?!

Bref, ça ne devrait pas tarder à être mon tour. J'ai plusieurs propositions auxquelles je dois répondre, j'en attend encore et je continue de passer des entretiens... Je vais bien finir par trouver mon bonheur. A l'origine je voulais juste vérifier si l'herbe est plus verte ailleurs et, contrairement à ce qu'essayent de me faire croire mes managers, oui elle l'est ! J'y vois même un barbecue, des nains de jardins et une chaise longue en teck. Le plus marrant dans tout ça c'est que je le savais, cette stratégie je l'avais décrite dans mon mémoire de fin d'études il y a de ça bientôt deux ans et personne n'avait trouvé à y redire bizarrement. J'avais visé juste lors de mon premier stage en SSII, j'aurai préféré me tromper.

9 commentaires:

Arnaud a dit…

Mais ca monsieur tout ce que tu décris là ce sont les regles du jeu de chaque profession ce qui te fais tenir bien souvent c'est l'Ambiance et quand cela ne suffit plus en effet tu te casses...
Profesionnellement je sais c'est dur mais en général l'herbe est toujours plus verte chez le voisin!

Euhh et faut se méfier 20% ca peut faire sauter une tranche :D

Noa Sensei a dit…

Pour le titre, garde la version anglaise : "Brain drain"

Il est temps de changer, de penser l'american dream, et voir si le goût d'entreprendre n'est pas plus palpitant...

P.S.: Visite de Lille début Juillet. Et une résolution, une !

Alek's a dit…

Une nouvelle voiture, un nouveau boulot! aaalala tu ne dois pas t'ennuyer ;)
Bon courage dans ta quête professionnelle!

ps: mais où as tu trouvé cette photo? (rires)
ps2: à l'unanimité, on se demandait si ton bureau etait aussi bordélique que sur la photo?!
ps3: pour info, nouveau meeting du PS avec DSK, Ségo, Hollande, Fab' et Martineeuuh ;p
le 7 juin à 18h30 Zénith.

Hadock a dit…

Salut Ed,

Super ton post qui reprend le sentiment d'un très grand nombre de mes ex-collegues informaticiens d'un grand groupe de la région...
Pour ma part, j'ai décidé d'arreter le salariat pour mettre à mon compte et pour le moment je ne le regrette pas !

Hadock

Matthieu a dit…

On a coutume de dire qu'il ne faut pas partir pour l'argent, mais qu'il ne faut pas rester pour les gens...

Bonne chance dans ta quête !

séb a dit…

Le conseil en particulier, c'est un panier percé.
Comment feraient-ils sans les stagiaires !

edwoodjr a dit…

Cher Arnaud, je sais bien que la gestion humaine est bien la dernière roue du carrosse dans bien des boîtes mais en SSII je crois que c'est vraiment le pire...

Et pour te rassurer, j'ai fait ma déclaration de revenus hier soir : même si j'obtiens le maximum en salaire, je suis encore dans ma tranche, tout bénéf ;-)

Cher Noa, ça claque pas mal Brain Drain, j'adore, j'adhère ! Je me vois pas du tout comme chef d'entreprise, pas prêt à laisser empiéter mon travail sur le reste de ma vie.

Quoi de prévu pour cette visite de Lille ? Tu veux des conseils ? Tiens moi au courant de la date au cas où je pourrais jouer les guides !

edwoodjr a dit…

Cher Alek's, pour la voiture je vais attendre encore un peu, je ne fais que commencer à me renseigner... Par contre pour le boulot je vais devoir me décider rapidement car j'ai plusieurs offres en cours et l'échéance pour que mon entreprise actuelle m'augmente c'est très bientôt.

Sinon, au sujet des PS :
- c'est la photo d'un collègue freelance qui a un peu de mal à démarrer, on se moque pas !
- mon bureau n'est pas aussi bordélique pour la simple et bonne raison que j'en change régulièrement (mais c'est vrai que quand je reste plusieurs mois au même endroit ça tend à y ressembler)
- je note la date du meeting, juste pour voir si ce con de DSK essaye de tuer Hollande

edwoodjr a dit…

Cher Hadock, c'est malheureusement un constat qui se vérifie trop souvent... Je me vois mal freelance à mon âge ceci dit, c'est quoi ton domaine ?

Cher Matthieu, merci pour l'encouragement, quoi que je fasse ça ne saurait tarder. Je suis pas loin d'accepter une offre de la concurrence, j'attend juste de voir si ma boîte s'aligne réellement.

Cher Séb, les stagiaires sont une force non négligeable dans les projets, ça coûte rien et c'est facturé au même prix que les autres employés. C'est honteux qu'il n'y ait pas de réglementation plus précise sur les conditions de travail des stagiaires (congés, RTT, indemnités...) !