11 septembre 2006

Ca part un peu en sucette...

Jeudi dernier, une fois n'est pas coutume j'avais pris une journée de RTT, belle invention que l'on doit à la législation sur les 35 heures (merci Martine !), malgré ses détracteurs moi j'étais bien content de pouvoir prendre une journée de repos et d'aller me ballader un peu dans le centre. C'est marrant la quantité de gens bizarres, de portraits atypiques que l'on peut croiser dans une ville en seulement quelques heures, mais aussi les choses immuables que l'on retrouve à n'importe quel moment de l'année dans les mêmes lieux et places.

En fait je crois que tout a commencé avec ces petits jeunes pleins d'espoirs et de bonnes intentions qui arboraient des slogans contre la mucoviscidose (avant je disais "pour" mais je me suis rendu compte que c'était une belle connerie, ou alors faut être sadique) et avaient envahi le centre-ville. Vous pouvez dire ce que vous voulez, que vous êtes touché par cette cause, que c'est important de donner aux oeuvres... Vous, comme tout le monde, chercherez à éviter les mecs qui vous alpaguent dans la rue (ça fait long ça comme dénomination, disons plutôt les "alpagueurs"), vous n'en êtes pas fiers, vous baissez les yeux et espérez secrétement qu'ils ne vous attrapent pas à votre passage. C'est pourtant difficile de ne pas tomber dans leurs filets, le centre-ville de Lille fourmille toujours d'alpagueurs : truc pour les sans-papiers, AIDS, Amnesty, truc pour le Liban, Rotary Club, machin pour Handicap International... C'est vrai que ce sont des causes louables mais je n'ai pas envie que toute la misère du monde s'abatte sur mes épaules quand je traverse la Rue de Béthune, le monde ne se soucie guère de mes problèmes, qu'il garde les siens à distance de temps en temps ! Ca en choquera peut-être certains mais que le premier qui n'a jamais essayé d'éviter les alpagueurs dans la rue me jette la première pierre !

Ca m'arrive de donner à certaines oeuvres, ça m'arrive de m'engager dans certains trucs, j'ai fait - et je fais encore - du bénévolat associatif pendant des années mais quand je me promène tranquillement un après-midi pour me vider la tête et profiter de ce jour de RTT qui représente un mois de travail, j'ai pas envie que l'on me parle de ça. Et puis qu'est ce qui est le pire entre essayer d'éviter l'alpagueur ou finalement se faire attraper, lui laisser raconter son histoire, sympathiser pour sa cause, affirmer en comprendre l'utilité (et sans mentir hein !), mais finalement chercher une excuse pour ne pas lui donner d'argent, ne pas remplir une énième autorisation de prélèvement plutôt que de lui dire franchement que certes la situation des petits africains est préoccupante mais que vous préférez payer votre loyer, vos factures, votre voiture ou tout simplement vous faire plaisir dans les magasins avant de vous occuper d'eux ? Quelle alternative est disponible ? Existe t'il une façon polie et acceptable de leur dire que vous n'avez pas de temps à leur accorder ou tout simplement pas envie là maintenant tout de suite ? Personnellement j'y suis pas encore parvenu. Finalement en trois heures passées dans le centre, aucun gars de la mucoviscidose ne m'a attrapé, d'ailleurs ils n'avaient pas l'air très dynamiques ou motivés ceux là...

Il y avait un monde fou pour un jeudi, paraît qu'il y a toujours du monde même en semaine, on se demande d'où il sort. Il y avait des skins exhibant une belle crête verte, des jeunes cadres dynamiques qui marchent vite et ont une bonne excuse pour esquiver les alpagueurs, des gens bizarres dans le métro (j'ai quand même passé cinq bonnes minutes à essayer de deviner si mon voisin était un homme ou une femme et j'ai abandonné quand je l'ai entendu - essayer de - chanter ce qui semblait être un tub de Prince dans son iPod), des gens bizarres dans la rue aussi (ça serait bien trop long à expliquer) et cet homme qui s'installe chaque jour sur la Grand-Place pour vendre des guimauves et des cacahuètes grillées (d'où cette super odeur qui se glisse dans vos narines). Alors on s'est posé une question de la mort qui tue : ce mec qui vend des sucreries paye t'il un droit à la Mairie pour s'installer ? Si oui combien ça coûte ? Sinon pourquoi est-il le seul à s'installer ? Pourquoi je pourrais pas installer une friterie sur la place et vendre des petites barquettes translucides, remplies de frites, agrémentées de sel et de vinaigre, décorées d'une petite fourchette en plastique rose ou bleu pâle ? Si ça marche bien, je me lancerai aussi dans la saucisse, ça ferait un tabac !

Je m'aperçois que cet article part en sucette, je sais plus ce que je voulais dire ou raconter ou bien je me suis rendu compte que ça n'a pas d'intérêt une telle description... Au moins on aura parlé des alpagueurs et vous pourrez me dire si je suis vraiment un connard d'égoïste (ou les deux) ou si vous réagissez de la même manière. Ca aura le mérite de faire réfléchir sur un truc non ?

5 commentaires:

ecrivateur a dit…

Les alpagueurs c'est comme les vendeurs/ses dans les boutiques de fringues, ça te saute dessus, ça te fait peur (débander, même, par moment) et au final on se sauve sans rien acheter même si on voulait absolument cette fameuse chemise verte et orange qu'on avait repéré dans un coin du magasin la semaine d'avant... tiens, je vais y consacrer un moment à tout ça, moi...

Rafaele a dit…

Débander ? dans les magasins ? eh bien... pas pratique pour essayer un jean si tu b... tout le temps

edwoodjr a dit…

Ca doit bien exister ça comme maladie de bander tout le temps non ? J'avais vu un cas dans Grey's Anatomy mais de là à savoir si ça existe réellement...

Les Pitous a dit…

rien à voir avec les digressions précédentes...
1) Est-on jamais sûr que les "alpagueurs" sont vraiment engagés contre la mucoviscidose (ou autre cause). A mon avis, dans la rue, c'est facile de se réclamer de n'importe quelle assoc'...
2) Déguise-toi en cadre dynamique, prends un air contrarié, regarde régulièrement ta montre : ça devrait suffire. Il faut aussi apprendre à être désagréable; ce n'est pas si compliqué

Pitou G., 27 ans, peau de vache.

edwoodjr a dit…

1) Bonne question, faudrait quand même être oser pour se faire passer pour une oeuvre, et puis ils sont souvent aux couleurs de leur asso des pieds à la tête (justement pour éviter les copieurs peut-être).

2) Ca voudrait dire mettre un costume et ça c'est très rare... Et puis j'ai pas de montre ! Etre désagréable je peux toujours essayer mais pas évident...