24 septembre 2006

Eh mec je suis pas un juke-box !

Il est une activité dont je n'ai encore jamais parlé ici, du moins je ne crois pas, ce sont les soirées qu'il m'arrive d'animer. Je ne mixe pas dans les clubs de la région, je ne suis pas non plus adulé par des foules de raveurs (quoique sous ecsta je sais pas s'ils verraient la différence), j'endosse juste le rôle de DJ pour une soirée de temps à autres pour rendre service à un ami ou dans le cadre d'une association. Samedi soir il y a deux semaines je m'étais donc engagé à animer une soirée pour une association sportive et culturelle, 120 convives. J'en ai déjà animé à de nombreuses reprises et pourtant il y a toujours quelque chose qui me fait rire c'est que le schéma est toujours le même et la galerie de portraits que l'on y rencontre est immuable. Même si ceux qui tiennent les rôles changent à chaque fois, les portraits vont se succèder obligatoirement au point que l'on fini par savoir exactement comment réagir et quoi dire pour les voir repartir contentés au plus vite.

L'un des premiers qui va venir me voir c'est le "connaisseur". C'est un type qui me demandera ce que j'ai comme CD (question somme toute un peu conne puisque je suis sensé avoir de tout et que je me vois mal lui lister l'ensemble du répertoire) et qui, quelque soit votre réponse et votre intérêt pour la discussion, va sortir d'un sac en plastique Champion son stock personnel de CD miraculeux qu'il estime être le secret d'une soirée réussie, secret qu'il pense être le seul à détenir, évidemment... Pour être poli, je vais m'intéresser à son offre (on peut pas lui enlever sa bonne volonté) et me rendre compte qu'il expose sous mes yeux le best-of des CD vendus dans les marchés et notamment les plus grand tubes des années 80 interprétés par Tony Brams et son orchestre, sans parler des compilations de musette... Inutile de vous dire que l'on ne pourra rien utiliser de tout ça ! Il insistera forcément pour vous les laisser le temps de la soirée mais sera un des premiers à partir et viendra donc réclamer ses précieux disques au moment même où vous devez mixer, et vérifiera pendant cinq bonnes minutes que vous n'avez pas oublié de lui rendre le collector de Tony Brams au Castorama de Calais en 1992.

Solution : N'utilisez aucun CD mais uniquement des MP3 ou WMA, ainsi votre interlocuteur sera coincé quand il vous demandera des précisions sur votre stock de CD et en plus vous n'aurez malheureusement aucun moyen de lire ce qu'il vous prête gracieusement, du moins c'est ce que vous lui ferez croire et c'est le principal. S'il s'obstine à vous laisser son magnifique sac en plastique, laissez le dans un coin, n'y touchez pas, ce sera d'autant plus rapide pour lui rendre vers 22h30... 23h.

Autre portrait à l'affiche de chaque soirée : le "chiant" (ou la "chiante"). C'est le mec qui va me réclamer toute la soirée un truc, j'ai déjà eu droit à un gars qui voulait du Rolling Stones tout le temps (pas évident à caser dans une communion...), à une femme qui voulait sans cesse des slows (même pour relancer la soirée) mais ne dansait jamais quand j'en passais, à un benet qui m'a demandé six ou sept fois un soir de 14 juillet la Danse des Canards (je vous laisse imaginer la patience dont il faut faire preuve) et dernièrement à quelqu'un qui me réclamait systèmatiquement les "derniers tubes qu'on entend à M6" sans être capable de me citer le moindre titre.

Solution : Le plus simple est de lui faire un grand sourire tout en lui assurant que, tout de suite après la série rock, vous passerez le plus grand tube des Rolling Stones, chose que vous ne ferez jamais. Il reviendra donc à la charge et vous lui assurerez encore une fois que vous ne l'oubliez pas et lui ferais comprendre grâce à un vocabulaire aussi technique que nébuleux (je n'ai pas encodé le morceau en 128kbps, pas moyen d'aligner les BPM et mon jack est rouillé, pas réussi à switcher le cross-fader sur la source X22, j'ai paumé mon RJ45) que vous n'avez pas pu le passer maintenant mais que d'ici dix minutes ça sera le moment. Le temps et l'état d'ébriété avanceront naturellement et vous ne l'entendrez de moins en moins souvent. Pour ce qui est des "derniers tubes qu'on entend à M6", celui-ce sera contenté avec un Madonna, au moins tout le monde aime !

Il y aussi celui que l'on appellera "le bon gars". Il est gentil, il donne des coups de mains pour monter et/ou démonter le matériel et ce qui le caractérise le plus c'est son obstination à vouloir vous "payer un coup". Soit il vous demande ce que vous voulez boire tous les vingt minutes et vous le ramène à vos platines ; soit il ne demande rien et vous pose une cannette de bière sur votre table sans rien demander et donc en ignorant que vous ne buvez pas de bière ! Dans le second cas, vous pourrez faire appel au curieux pour boire la bière à votre place, au risque de le fidéliser...

Solution : Il n'y a rien à faire de particulier dans ce cas là si ce n'est boire ce que l'on vous apporte quand ça n'est pas de l'alcool (parce qu'un DJ bourré ça fait désordre et ça passe beaucoup trop de Patrick Sébastien), et avec modération pour ne pas être obligé d'aller pisser toutes les deux minutes. Quand c'est de la bière, il faut se faire aider du curieux ou de toute autre personne assoiffée comme on l'est souvent dans ce genre de soirée.

Vient ensuite le "curieux" qui va vous guetter pendant une bonne heure avant d'oser entrer en contact avec le sacro-saint DJ. On ne sait pas vraiment d'où vient le curieux, on ne sait pas si c'est un ancien DJ refoulé, un fou d'électronique et de tuning ou un ex-fan de Dalida... Tout ce que l'on sait c'est qu'il est intrigué par votre étalage de matériel et de petite loupiottes qui s'allument et qu'il finira tôt ou tard par vaincre son peur (ou plutôt être vaincu par sa curiosité) pour venir vous adresser la parole. Il commencera par se mettre devant la sono, puis à se décaller par la gauche et enfin d'un habile jeu de jambes à venir derrière la table à quelques pas de vous. Logiquement vous jeterez un coup d'oeil vers lui pour vous assurer que ce n'est pas un psychopathe fan de Début de Soirée qui tente de vous égorger parce que vous avez coupé la fin de "Nuit de Folie"... Il prendra ça pour de l'intérêt et engagera la conversation sur un "Alors comme ça vous faites tout avec des ordinateurs ?". Vous voilà coincé, vous êtes pris dans ses filets, obligé de répondre et de donner quelques explications sur la numérisation des chansons, leur stockage et un tas de termes techniques que vous utiliserez pour l'assomer mais qui ne feront qu'accroître sa curiosité. Repus de ces informations et heureux d'avoir osé approcher cet être si étrange qu'est le DJ, il repartira le sourire aux lèvres et ne tarira pas d'éloges sur la fameuse installation.

Solution : Vous pouvez toujours le snober en faisant mine de ne pas le voir mais il risque de prendre racine jusqu'au moment où il aura eu ce qu'il voulait, sa présence étant de plus en plus pesante. Le plus simple est d'étancher rapidement sa soif de savoir pour qu'il vous laisse tranquille, le risque c'est de voir un débarquer un autre curieux si vous vous en débarassez trop tôt. Métier difficile de celui là, vous trouvez pas ?

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Malheureusement il y a des chiant(e)s partout...
Dans tous les cas, tes animations sont top! Elles permettent même de rencontrer des gens très sympas...
Du moment que tu fais ce que tu aimes...
S.

1loup a dit…

Je ne comprends pas pourquoi tu ne veux pas passer la danse des canards ;-) Cela a toujours un succès fou et il n'y a pas de soirée réussie sans la danse des canards.

edwoodjr a dit…

S ? S comme Stéphanie ?
En tout cas merci pour le compliment !

Cher loup, je suis pas contre la passer à un Bal de 14 juillet même si c'est cliché. Je commence juste à péter un cable quand ça fait 7 fois qu'on me la demande ET que je la passe !

le petit chaperon rose a dit…

lol...dur métier oui! Tu n'as pas parlé des "groupies" car c'est sex un DJ... ;)

Sinon tu as raison... Madonna, tout le monde aime! ;)

nicolas a dit…

non mais ed tu as fait un heureux ce jour là. Et benet est mechant car c'est un gentil garcon handicapé.

Sinon 7 fois c'etait pas plutot 10 ?

En effet dur metier mais que c'est bon quand tu passes la darladirladada enchainée avec la danse d'helene et que ca danse encore.

Quel souvenir ce 14 juillet je peux meme mettre une video ? si ca interresse !!!

Noa, Produit exporté dans le 93 a dit…

J'ai toujours tendance à être le "curieux" de service, celui qui scrute et analyse, par contre je ne lui parle pas au DJ !

L'a-sociabilité me perdra...

Anonyme a dit…

oui S. comme Stéphanie... ;-)