25 janvier 2007

Remake de Prison Break ?

Hier matin sur la A25 se déroulait un remake français de la série Prison Break ! Je doublais sur la voie de gauche les voitures et les poid-lourds qui n'avançaient pas, tout en écoutant pour la énième fois "Mon fils, Ma bataille" de Balavoine (au moins de me demander s'il est pas mort une deuxième fois pour l'entendre autant en radio), quand je vois au loin derrière moi des girophares bleus. Je m'attends à voir arriver sur moi une ambulance ou une voiture de Gendarmerie... J'ai à peine le temps de me rabattre que je vois passer en trombe six fourgons de l'Administration Pénitentiaire qui doivent venir tout droit de la prison de Loos et qui roulent comme des fous sur le périphérique lillois, forcément plein à craquer à 9 heures du matin, à grands renforts de girophares et de sirènes. Alors évidemment je me pose des questions sur ce convoi pénitentiaire et je m'intéresse au Code de Procédure Pénale :

Les transfèrements administratifs sont assurés par des personnels de l'administration pénitentiaire, sous la responsabilité du service central des transfèrements ou du directeur régional des services pénitentiaires. Les transfèrements s'effectuent par route ou par voie ferrée, maritime ou aérienne. Il convient de tenir compte de l'importance du convoi, du caractère dangereux et de l'état de santé du détenu, de la distance à parcourir et de l'urgence de l'opération. L'importance de l'escorte est déterminée par l'autorité chargée de l'organisation du transfèrement, en fonction du nombre de détenus transférés, des moyens de transport utilisés et de la distance à parcourir. Dans la pratique, l'administration pénitentiaire pourra, en cas de besoin, requérir une escorte supplémentaire des services de gendarmerie ou de police.

Sur le principe, rien à redire mais en pratique... Débouler à toute vitesse sur un périphérique embouteillé à l'heure où tout le monde part bosser, froler les autres voitures et risquer de provoquer un accident ne me semble pas être la façon la plus sûre pour transporter des détenus. Vingt minutes plus tard il n'y aurait eu personne sur l'autoroute et le convoi aurait pu passer sans aucun risques... En quoi un transfert peut-il être aussi urgent qu'une intervention de police pour signaler un accident ou de pompiers pour secourir les victimes ? Qu'est-ce qui se passerait si les fourgons se plantaient avec leurs détenus à l'intérieur ? Je vous le demande !

9 commentaires:

Ecrivateur a dit…

A arras il y a deuxjours, la meme scene (assez fréquente). Hier, à la prison d'Arras, se sont réunis 6 fourgons de crs, 10 ambulances / pompiers dans un manege incessant. Revolte à la maison d'arret?

Fleur a dit…

A tout hasard, si tu rencontres à Lille un prisonnier beau gosse évader type les frêres Scofield, tu lui donnes mon numéro de tel. Dis lui que c'est pour des raisons purement artistiques, pour étudier son tatouage :-p

edwoodjr a dit…

Cher Ecrivateur, je pense qu'il est de ton devoir d'aller enquêter sur le terrain et de nous faire un reporting depuis ton blog ! Breaking the news !

Arnaud a dit…

c'était peut être hanibal lecter !!!!
Donc faut pas raller trop quand même !
Puis avantage ceux là ils étaient assigné à contrôler tout ce qui bouge dans lille

niko a dit…

Attendons l'assassinat du frère de Ségolène pour le vrai remake de PB...

edwoodjr a dit…

Chère Fleur, je note ta requête mais je crois que le détenu Scofield s'est déjà amouraché de la jolie infirmière...

edwoodjr a dit…

Cher Niko, rappelons nous que le frère de Ségolène ne meurt pas... enfin pas vraiment dans la série ;-) Désolé à ceux qui n'ont pas vu la fin de la première saison !

niko a dit…

Attention edwoodjr, si tu commences à spoiler, moi aussi je peux parfaitement continuer et vous gâcher tout le suspense...
Un jour peut-être tu comprendras mon commentaire!
Il ne reste plus que 3 épisodes, et après c'est fini pour toute la vie, nooooooooooon (cri de désespoir et de grande impuissance face à la fatalité)

edwoodjr a dit…

Ah non ! Pas la saison 2 ! Je l'ai même pas encore commencé ! Je me tais maintenant, c'est promis.