20 février 2007

Ségolène a eu son oral !

A entendre les éternelles critiques contre Ségolène Royal, j'attendais avec impatience son passage dans "J'ai une question à vous poser" lundi soir sur TF1 pour voir si ces reproches sont fondés et si elle est, comme on essaye de nous le faire croire, incapable de diriger un pays. Je l'ai trouvé un peu coincée au début mais de plus en plus décontractée au fur et à mesure de l'émission... C'est vrai qu'elle n'est pas encore très funky groovy mais ce n'est pas l'important, heureusement. L'important c'est qu'elle a apporté des réponses justes aux questions qui lui ont été posées, qu'elle a sû réagir aux attaques de certains membres du public, qu'elle ne se soit pas trouvée en difficulté contrairement à ce que j'aurai cru, qu'elle a expliqué clairement ses idées et surtout qu'elles tiennent la route. On annonce un coût de 35 milliards pour son programme, c'est certainement plus que celui d'autres candidats mais c'est finalement beaucoup moins que le programme irréalisable du petit teigneux. Je suis heureux d'avoir suivi l'émission en entier car j'ai pu me rendre compte que ses propositions sonnent comme du bon sens à mes oreilles, que son programme me semble être la meilleure façon de construire une société où vivre ensemble, sans en exclure les plus démunis ou ceux qui n'ont pas la couleur de peau qu'il faut. En bref, ce grand oral m'a confirmé dans mon intention de voter pour elle et j'espère que je ne suis pas le seul à être convaincue qu'elle est notre meilleure chance. En tout cas les audiences d'hier soir confirment que je n'étais pas le seul intéressé par sa prestation ! Ah oui j'oubliais : merde aux sondages ! Rappelez vous ce que les sondages nous avaient annoncé aux dernières élections présidentielles...

6 commentaires:

Ecrivateur a dit…

Je l'ai aussi trouvée réaliste, consciente, détendue... elle semble avoir un programme cher mais terre à terre, qui ne risque pas de provoquer émeutes, grèves et manifestations. A suivre...

fleur des villes a dit…

Ségolène a très bien géré et ses idées sont bonnes, justes et réalistes! on lui reproche de ne pas chiffrer, mais patience c'est en cours de présentation cette semaine, car rien ne sert d'avancer de faux chiffres à tour de bras précipitamment!

Prenez par contre un candidat à la présidentielle, futur responsable de la force nucléaire et de tous les joujous de destruction, entre autres, que nous possédons.

Ce candidat, Nicolas Sarkozy, ne pourrait même pas passer un CAP de comptabilité ! Il ne sait pas compter. Où alors sciemment il détourne les réalités à son avantage.

Lors de son congrès du 14 janvier il voit quadruple ! Avec 25 000 personnes en réalité, les chiffres donnés à la presse et que personne ne vérifie (ce n'est bien sûr pas le boulot des journalistes !) sont de 100 000. Dans une salle qui ne peut pas accueillir plus de 30 000 personnes c'est cocasse.

Il chiffre son programme à 30 milliard d'euros. Chiffre divisé par deux. Sans doute parce qu'il ne faut pas affoler son électorat qui se barde de vertues gestionnaires. La réalité c'est que les promesses faites couteraient au bas mot 60 000 000 000 d'euros ! (60 milliards)

Parmi les éléments les moins crédibles du programme de Nicolas Sarkozy, la palme revient sans conteste à la promesse de réduire de 4 points de PIB (produit intérieur brut) le taux de prélèvements obligatoires.
Or, 4 points de PIB, cela représente, par exemple, quatre fois le budget de l'Enseignement supérieur et de la recherche, ou bien une réduction de plus de 50 % des dépenses de santé. Comment Sarkozy compte-t-il s'y prendre pour faire de telles économies ? A ce jour, les seules économies vaguement mentionnées concernent les habituels percepteurs et supposées gabegies de Bercy, gisement considérable... inférieur à 0,1 point de PIB, et qui vu la mollesse avec laquelle notre audacieux candidat évoque le prélèvement à la source a peu de chances d'être exploité. La vérité est que, compte tenu de la hausse structurelle des dépenses de santé et de retraites (qui ne pourront être stabilisées que par une régulation patiente, novatrice et courageuse comme le préconise Ségolène), et compte tenu des nouveaux besoins (formation, recherche...), il n'est ni possible ni souhaitable de promettre des réductions de dépense aussi massives. Quant à l'idée absurde selon laquelle la croissance permettrait mécaniquement de réduire la part de l'Etat dans le PIB, elle révèle une étonnante incompréhension des mécanismes économiques élémentaires : sauf à supposer un fort décrochage des salaires du public (perspective peu souhaitable pour un Etat qui se veut efficace).

Pour en savoir plus:
http://sarkostique.over-blog.com/article-5644196.html

fleur des villes a dit…

encore une chose. Merci Ségolène d'avoir repris immédiatement la personne du public qui dans sa question avait (comme Sarko et les journalistes ont tellement l'habitude de le faire) fait une nouvelle fois l'amalgame entre l'immigration et l'insécurité et l'immigration et le problème du logement ou du chomage!

En matière d'immigration il est tellement évident qu'il faut d'abord plutôt arrêter de piller les pays du Sud et cesser d'encourager les dirigeants de ces pays à la corruption et aux détournements d'argent(comme continue à le faire le gouvernement actuel!) que de s'acharner à barricader les frontières à tout prix... Et que propose Sarkosy d'ailleurs pour fermer les frontières? Même s'il installe des miradors équipés de Bazooka ou kalashnikov tous les 10 mètres longeant les frontières, il n'empechera pas à la misère d'essayer de fuire son quotidien à ses risques et périls !!

Idem a dit…

Moi aussi je l'ai trouvée très convaincante, pédagogue, claire et concise. Elle m'a résolument réconcilié avec son programme. Une gauche qui donne mais pas dans l'excès, le "donnant-donnant". C'est exactement ce que j'attendais de la part d'une politique.
En plus, je l'ai sentie très à l'écoute et grâce à son expérience et aux débats participatifs, on sent également qu'elle est en phase avec les problèmes actuels. Une gauche oui, mais une gauche ferme, là je crie au oui!
Après cette intervention, il n'y a pas photos, Ségo va finir par rallier les français. Pour ce qui est du coût, il reste à travailler. Mais on sait que son adversaire principal a un programme évalué entre 60 et 135 milliards d'euros! Ca laisse une sacrée marge au PS et à Ségo. Croyez moi!

maczym a dit…

Euh, je ne m'intéresse pas trop à la politique, je ne suis pas encore vraiment intéressé par cette campagne présidentielle (vous inquiétez pas j'irai voter quand même)... Mais juste pour dire, que je n'ai encore jamais vu un candidat, ou même un homme politique tres "funky groovy" ??? : )

Bastien a dit…

sans faire de polémiques :

"...qu'elle a sû réagir aux attaques de certains membres du public" lesquelles je n'ai vu personne la prendre à parti comme on pu l'etre Nicolas, Jean-Marie ou Olivier,

"...qu'elle ne se soit pas trouvée en difficulté contrairement à ce que j'aurai cru" ça risquait pas vu comment les gens etaient en gdr partie lisses

"qu'elle a expliqué clairement ses idées et surtout qu'elles tiennent la route" oui c'est vrai un salaire minimum à 1500€ c'est top crédible...