07 août 2006

Eighties coming back : Le pin's

On continue notre série "Eighties coming back" avec un petit accessoire qui a beaucoup fait parler de lui à une époque : le pin's ! Pour ceux qui auraient mauvaise mémoire, il s'agissait d'un petit insigne souvent métallique qui se fixait sur un vêtement et servait de signe distinctif, réprésentait une marque publicitaire, ou commémorait un évènement. Oui je sais, c'est ringard maintenant mais qui n'a jamais fait sa collection de pin's dans les années 80 ?! Tout le monde en avait ! Pour ma part j'en ai encore trois tableaux qui doivent trainer au fond d'un tiroir (eh oui moi aussi j'ai eu ma période trash punk), peut-être qu'un jour la mode reviendra et que je serai riche à milliards, ou pas. De toute façon en l'état actuel des choses, ça ne vaut plus rien et c'est ultra kitch comme décoration... A la rigueur si vous la jouez intérieur "cabinet de curiosités", ça peut très bien prendre place entre une chouette empaillée et un crâne d'élan. Allez, comme à l'habitude, épluchons un peu l'histoire grâce à notre partenaire Wikipédia ! Le pin's se fixe à l'aide d'un pic qui traverse le tissu et est bloqué à l'arrière par un papillon. C'est ce mode de fixation rapide, qui a contribué à la popularité soudaine de ce petit accessoire qui existait depuis les années 1920 mais restait cantonné à un usage militaire. C'est la médiatisation des pin's de Roland Garros en 1987 qui lance une mode qui très rapidement prend les dimensions d'une passion collective. La manne publicitaire est vite flairée par les marques commerciales et, à coté des pin's commémoratifs comme ceux des JO d'Albertville de 1992, un grand nombre de pin's publicitaires sont mis sur le marché et collectionnés par un nombre impressionnant d'amateurs jusqu'en 1995. Je me rappelle qu'à cette période ma mère pouvait m'en ramener plusieurs chaque jour, offerts par ses fournisseurs ou échangés avec ses collègues. On finira même par trouver, notamment chez TF1, des pin's parlants diffusant des répliques d'animateurs de la chaîne ! Le top du kitch !

Mais alors pourquoi cet engouement est retombé ?! Les pin's publicitaires étaient de bonne qualité, en métal émaillé, et diffusés modérément ce qui assurait leur relative rareté. C'est la commercialisation outrancière de la collection qui va tuer la poule aux œufs d'or, quand des pin's fabriqués à Taïwan en résine époxy et contrefaisant souvent des marques connues innondèrent le marché, l'abondance de l'offre retira tout intérêt à la collection. Presque tous les amateurs finirent par arrêter leur collection et les stocks de pin's ne trouvèrent plus preneurs. Fin de l'aventure et arrivée de mes pin's dans le placard.

3 commentaires:

niko a dit…

"bonjour c'est hélène, tu sais, hélène et les garçons"
j'avais des pins parlants, et plein (je les gagnais au minitel en jouant au juste prix, eh oui j'ai eu une enfance...)
Dans mon pays, les pin's sont out mais ils ont relancé les bagdes qui cartonnaient l'été dernier

edwoodjr a dit…

Ah ici aussi on voit les badges ressortir un peu ! Comme quoi on invente plus grand chose, on se contente juste de remettre à la mode les anciens concepts :-)

niko a dit…

mais oui c'est bien connu: c'est in d'être out !