18 janvier 2006

Eh dites, pourquoi edwoodjr ?

Plusieurs se sont posés la question de savoir ce que signifiait "edwoodjr" en pseudo et en adresse de ce blog. Il faut comprendre là Edward Wood Junior (plus communément appelé Ed Wood), un cinéaste américain des années 50 qui fut considéré comme le pire réalisateur de tous les temps (titre sur lequel je ne suis pas d'accord puisque le cinéma n'était pas bien vieux à l'époque et nous réservait encore quelques sacrés navets, merci Steven Seagal entre autres). Ed Wood est une icone aux USA en ce qu'il a réalisé nombre de séries B qui sont célèbres par leur piètre qualité, on citera notamment "Plan 9 from outer space" (l'histoire d'extra-terrestres débarquant sur Terre avec l'intention de réveiller les morts pour terrasser les vivants et leur prendre leur planète... oui déjà le scénario est bon !), "Bride of the monster" (un film d'horreur qui fait plus rire que frémir) ou encore "Glen or Glenda" (traitant d'une sexualité un peu ambigue). Le peu de notoriété qu'a Wood en France, il le doit au film d'un fan : Tim Burton (eh oui ça n'est pas un hasard si Burton est mon réalisateur préféré si je ne devais en choisir qu'un), qui lui consacra une de ses oeuvres les plus personnelles dans laquelle on retrouvera son acteur fétiche Johnny Depp. Tout en noir et blanc, d'un esthétisme remarquable, totalement dans l'esprit des séries B des années 50, le film de Burton retrace avec justesse la vie de ce réalisateur, certes mauvais, mais admirable en ce qu'il avait beaucoup plus d'ambition, de passion, de fougue... que de talent. Il était un génie pour faire un film de bric et de broc (tombes en carton, images d'archives montées au beau milieu de deux scènes, soucoupes volantes faites d'assiettes en carton et de ficelles, acteurs bon marché allant d'un joueur de boxe au vieux vampire qu'était Bella Lugosi, remarquable cependant), il mettait tout ce qu'il avait dans ses films (il finira sans un sou, ses dernières réalisations seront des films pornos pour survivre). Jamais il ne laissera tomber, jamais il ne sera reconnu par la profession, mais un engouement pour ses "oeuvres" se fera sentir beaucoup plus tard quand quelques néophytes trouveront dans ses films un charme qu'on ne trouve pas ailleurs.

Ses films sont assez difficiles à trouver en France, avec un peu de chance vous en trouverez peut-être un à la FNAC ou en import, de toute façon toujours en VO ou VOST. Une sacrée bonne nouvelle à vous annoncer : je viens de me ballader sur la FNAC et apprend avec joie qu'un coffret DVD "L'Etrange univers de Ed Wood" est sorti en novembre 2005 ! Il regroupe quelques uns de ses plus grands "succès" (du moins ses plus petits échecs) : le célèbre Plan 9 from Outer Space (1959), Glen or Glenda (1953), Jail Bait (1954), Bride of the monster (1956), Night of the Ghouls (1959) et Crossroads of Laredo (1948)... le tout agrémenté de bonus ! Mon précieux... je le veux !

5 commentaires:

Alex a dit…

Merci pour cette petite retrospective cinematographique, qui m'est très plaisante.

Alex'.

PS: tu ne fais point tes 24 piges..peut-être grâce aux anti-oxydants des cornichons de Carrefour ;op

T. a dit…

Je connaissais Ed Woodjr... Le seul truc c'est : qui se cache derrière ce pseudo ?

edwoodjr a dit…

Se cache ? Tu en sais déjà beaucoup plus que la moyenne par ce blog... Que voudrais tu savoir de plus ?!

T. a dit…

Ton prénom... C'est agaçant de s'adresser à qqun en l'appelant Ed Wood Junior !

edwoodjr a dit…

Il suffisait de le demander : David.