26 avril 2006

OSS 117 : Le Caire, nid d'espions

Dimanche après-midi, suite à un texto tout enjoué de notre cher Kevin, je me décide à aller voir OSS 117, de Michel Hazanavicius, avec Jean Dujardin, Bérénice Bejo et Aure Atika. Il m'avait parlé de ce film en ces termes : drôle, subtil, décalé, des effet spéciaux à la Ed Wood (ouais ouais t'as compris comment me motiver)... Donc forcément il fallait que je le vois et j'avoue que je ne serai pas aussi enchanté que lui. D'abord je ne connaissais absolument pas cet agent secret, c'est avec une grande surprise que j'ai découvert sur Allociné qu'il avait déjà fait l'objet de plusieurs films - 8 en tout - dans les années 60. J'étais convaincu que c'était juste une invention qui devait juste être une parodie de James Bond, un peu un Austin Powers français... Je me suis ravisé quand j'ai vu "d'après l'oeuvre de Jean Bruce" dans le générique, mais de là à imaginer que ce n'était pas là le premier film ! Enfin bref, on s'en fout que ce soit le premier film ou pas à vrai dire. Donc j'ai essayé de rentrer dans le film mais dès les premières images j'ai pas accroché sur le style... que ce soit le style du film (espionnage) ou sur l'esthétique (très années 50, image volontairement vieillie on aurait cru). J'avais un peu l'impression de regarder un épisode de Derrick pendant 1h30, avec à peine plus d'action. Quelques blagues ci et là ponctuent le film, mais c'est si rare et en même temps usé jusqu'au bout quand une est drôle (si vous riez encore au bout de la quatrième fois pour la blague du "jour/nuit avec les poules" ou du "flashback Jokari" je comprend pas). L'histoire est assez brouillonne, les scènes d'action rares et assez molles, et à vrai dire tout sonne faux à mes yeux... C'est bien simple si je devais résumer mon avis sur le film je dirai que j'ai eu l'impression de voir tout le temps des acteurs en train de jouer des scénettes devant un décor carte postale. Jean Dujardin sur un chameau devant les pyramides, Jean Dujardin dans un bateau sur le Nil, Jean Dujardin dans un avion avec des nazis, Jean Dujardin... Bref, les effets rétro c'est marrant un moment mais j'ai trouvé ça très lourd à la longue et j'attendais avec impatience la fin. Voilà, ce n'est que mon avis (je rappelle que les critiques sont étrangement excellentes), mais il y a certainement mieux à voir en ce moment comme comédie (j'essaye Camping demain soir). C'est peut-être tout bêtement que je n'aime pas les films d'espionnage ? Enfin, vous vous ferez votre propre idée, ou pas.

2 commentaires:

ecrivateur a dit…

je crois que tout dépend de l'état d'esprit dans lequel on va voir le film. Si du départ on est méfiant, et près à être déçu, alors on verra forcément des défauts, et on sera déçu. La critique demande neutralité : quand on n'ailme pas l'acteur, d'ors et déjà on porte un avis. OSS 117 est simplement décalé, tout y est volontairement vieillot et balourd. Au bout du compte, il est à mettre dans la même catégorie que "Mais qui as tué Pamela Rose", ou l'humour subtil et les gags potaches sont légion.

edwoodjr a dit…

Le problème c'est que de neutralité j'en ai fait preuve puisque, comme je l'ai écrit, je ne connaissais pas les romans OSS 117, ni les précédents films et n'avait pas lu le moindre résumé ou article avant de le voir. Quant aux acteurs, j'aime bien Jean Dujardin, je ne pense pas que ma déception vienne de lui d'autant qu'il est bien la seule chose qui puisse dynamiser le film.